La Bastide du Clos a été construite dans la première moitié du  XVIIIe siècle par Jean-Baptiste de Villeneuve, d’une ancienne famille provençale, seigneur d’Esclapon. Ce jardin est étagé sur trois terrasses avec  7 bassins et fontaines  des XVIIIe et XIXe siècles, alimentés par un réseau important de mines (galeries souterraines) créées dès l’origine de la bastide.
André de Villeneuve a conçu il y a une quarantaine d’années des jardins ordonnés autour des différents bassins.

 

On accède, par une terrasse supérieure, à la maison principale et à un pavillon, reliés par une orangerie  troglodyte. Trois bassins agrémentent une longue allée de marronniers centenaires.
Cette terrasse permet de jouir de la vue et du dégradé des jardins vers la vallée.
Un escalier engazonné aux contremarches masquées, de façon très originale, par des buis nains (Buxus nana d’Artois) rejoint la terrasse centrale occupée par des parterres de buis au décor  géométrique à la française.

De nombreuses et volumineuses boules de buis (buxus sempervirens  rotondifolia)  délimitent les différentes pelouses.
Un alignement de  plaqueminiers  (diospyros kaki)  est enchâssé  dans une arcade en ferronnerie, au pied de laquelle  est plantée une haie de buis  surplombant  des roses (sangria) qui fleurissent tout l’été.

La troisième terrasse est  occupée par un  très grand bassin de plus de 40 mètres de long. Elle est bordée, comme une grande partie des jardins, par des lonicera (loniara nitida).
En  passant  sous un arc de cyprès on découvre un jardin en escalier avec de remarquables murs en galets ronds du plateau de Valensole.  Chaque niveau est planté d’arbres fruitiers, d’oliviers et bordé de romarin, santoline, lavande et d’hysope.

Cet ensemble est surplombé  par un jardin aux dessins géométriques dans lesquels  sont plantées différentes plantes aromatiques (origan panaché, origan compact, sauge ananas, sauge de Provence, sarriette, thym de Provence, helicrysum et estragon). Tilleul  (tilia phatyphyllos) et  chêne vert (quercus ilex) tricentenaires, noyers, pins d’Alep, arbres de Judée etc…complètent le parc.
Rigueur, élégance et harmonie se fondent dans ce jardin provençal odorant de lavande, bercé par la musique de l’eau et le chant des cigales.

Découverte d’un nouveau bassin
Il existait, enfoui dans la végétation, un très grand bassin datant probablement de la construction de la maison principale. Sa restauration va embellir une partie de la propriété et permettre d’obtenir, dans la vallée, de l’eau sous 2 bars de pression (la réserve sera de 300 m3).

Les mines :
La particularité du Clos est son apport en eau acheminée par des “mines”, galeries creusées à flan de colline par l’homme, datant de 1641 et pouvant atteindre jusqu’à 350 mètres de longueur. Ces mines vont capter une rivière souterraine et alimentent par gravitation les 7 bassins et fontaines du parc.

Visite des jardins, cérémonies, séminaires, photos
tel: + 33 (O ) 7 82 67 92 73
mail : leclosdevilleneuve@gmail.com